"La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures."
- Noam Chomsky
Forum - Techniques
Promenade à Marseille et moult autres villes
Voir son profilJeuf
2 janvier 2008 | lien
Partout JC Décaux déploie le décor de sa propre maladie.

Ainsi, on peut retrouver les métastases de l'entreprise sur tout le territoire français, au moins.
J'ai pu constaté, à Aix-en-Provences, à la forme des serrures, que les mêmes matériels d'ouverture conviendraient que pour les panneau parisiens : tube de 16mm, clé hexagonales percées, à aider d'un aimant sur les abribus.

Dès que l'on passe le "périphérique" d'Aix, on voit l'invasion d' affiches.

Cette ville pionnière en matière de vélo libre service ("v'hello") est bien contaminée. Dans nos villes uniformisées avec ces erzats de vélo, la première dose de mobilier urbain est gratuite, mais une fois qu'on a mis le doigt dedans, c'est l'invasion.

En ce moment, pour mettre des pubs, ce sont les dealeurs industriels d'alcool qui était particulièrement déchainés à Aix (et probablement ailleurs). Ainsi seront écoulés leurs produits toxiques dont le mauvais goût est caché par des additifs encore plus toxiques, remplissant le vide existentiel que l'indutrie a créé...

Les systèmes défilants, curieusement, n'étaient pas en fonction de défilement. Les habitants pouvaient alors visionner pendant .
Globalement aussi, il n'y avait pas un très grande diversité d''affiche, peut-être 5 ou 6 en tout.


à Marseille, on constate le retard de la contamination de la ville. A croire que la mairie fait semblant de résister à l'hypnose qu'exerce l'afficheur en faisant miroiter les revenus du mobilier urbain matraqueur.
Beaucoup d'affiches présentent une information municipale au dos d'un pub défilante. Il me semble qu'il y a moins d'affiches qu'à Paris. Les dispositifs d'ouverture sont encore anciens pour la plupart (tube 16mm), mais sur les arêts de tram on retrouve les mêmes dispositifs ouvrable avec une simple clé hexagonale percée. Ou encore, on peut voir ça sur un panneau qui se trouve sur une borne des Vélibs locaux, ce qui ne se fait pas à Paris : les "vélibs" marseillais n'ont pas joué à "cachez ces pubs que je ne saurai voir...je n'ai aucun lien avec elles..."

De là, on pourrait imaginer la scène improbable suivante.
Un militant d'une autre ville des Brigades Antipubs Mobiles, qui à l'instar de la Douane Volante peut aller n'importe où sur le territoire, se trouverait à Marseille, avec sa clé par hasard.
Il ouvrirait des publicités, de bon matin, par exemple au tramway "Cinq Avenues", sous les yeux interloqués des passant. ou indifférents, s'ils ne réalisent pas le caractère délictueux de la scène.
Pour le militant, le travail serait beaucoup moins stressant qu'à Paris où on sent l'impregnation de la rationnalisation de l'espace avec le risque juridique permanent. En plus, dans ces viles plus petites que Paris, la pression publicitaire est moindre, des effectifs moindre pourraient venir à bout bien plus vite de pans entier d'un ville. Partant de là, JC Decaux semble bien moins armée dans toutes les villes de province, et la lutte contre la pollution visuelle systématique pourrait porter un coup financier plus important à la pieuvre-crabe.

En attendant, avec ces échanges entre les militants des villes, la résitance se ferait au moins connaître..
Voir son profilJeuf
11 mars 2008 | lien
On notera aussi qu'à Clermont-Ferrand, il semble que les serrures seraient ouvrables avec une clés hexagonale percée (si toutefois une personne auurait l'idée répréhensible d'ouvrir ces dispositifs qui ne sont pas à elle). Et pour les anciens, des tubes 16mm.
Les nouveaux panneaux Decaux sont sur le trajet du tramway de Clermont, comme à Marseille. Les panneau ne sont pas seulement liés aux vélos libre service, mais aussi aux tramways de nombreuses villes. C'est ainsi que JC Decaux accompagne le Developpement Durable...
Voir son profilJeuf
11 avril 2008 | lien
À Lyon, Haaa...Lyon.
Et les villes autour.
Quelle fantastisque gisement s'ouvrirait pour le possésseur d'une clé hexagonale percée. Panneaux le long du tramway, panneau déroulants en sucette, abri bus...Tout ces métastases sont maitrisables.
La ville serait à celui qui aurait l'outil.
Voir son profilJeuf
30 avril 2008 | lien
A Pau(64), la pression des sucettes se fait plus faible que dans des villes plus grandes. Serait-ce une raison pour rester les bras ballants?
Peut-être que certains ne le penseront pas.
Ils remarqueront alors les ouvertures à base des pubs, des trous au fond desquelles se trouve un hexagone avec renfoncement, notament sur les abri-bus,
formes compatibles avec les clés hexagonale percées. à l'occasion, il leur faudrait se munir d'aimant pour soulever le clapet.
Dans d'autres cas, pour du matériel ancien, c'est aussi un tube 16mm qui conviendrait.

à Oloron, les agents Clear Channel ont besoin d'un peu de tout : tube 16mm, clef hexagonal percé, ou pas percée (mais de même taille, sachant que la percé fonctionnerait aussi dans ce cas), clé triangle.


A Toulouse, les "Vél'o" Decaux ont envahi la ville sans le minimum décence qui sied encore à Paris : il y a des nouveaux panneau de pub sur chaque station, au dos de la borne (à Marseille aussi, disions-nous). Pire, ces "vél'o" sont tous dévoyés à porter le message d'une banque, à l'heure où ces lignes sont écrites.
A l'exception de quelques uns qui ont été rectifiés de leur pelliculage (on notera d'ailleurs la non-dégradation des vélos eux-mêmes) par un mouvement populaire spontanné et irrépréssible.
Sans ça, on déduit donc aussi que chaque utilisateur paye pour faire le cycliste-sandwich.

Là encore, à Toulouse, pour tout le matériel récent, la clé hexagonale percée pourrait ouvrir les panneaux (sur les bornes vél'o, sur les abribus). Et il reste encore quelques anciens matériels, 16mm.
Voir son profilJeuf
26 mai 2008 | lien
D'après mes informations, Grenoble, Lille sont aussi équipés...et des grenoblois auraient, depuis longtemps, l'outil adapté pour répondre (un peu) à l'invasion publicitaire.

Même Bruxelles, Glasgow, des villes d'Espagne, ont du matériel la serrure a la même forme, d'après mes informations.
On généralisera sans mal : un peu partout en Europe occidentale, la clé hexagonale percée pourrait être fonctionnelle.
Voir son profilJeuf
21 juillet 2008 | lien
À Montluçon, la tranquille cité des Bourbons,
il y a du mobilier urbain d'un beau bleu, je ne crois pas que ce soit JC decaux qui le fournit.
Il y a eu, il y a moins de trois ans à ma connaissance, de gros changements dans le réseau de transport. Les lignes de bus ont changé de numéros, de tracés et de couleur. Le nom du réseau a changé (de Tum, il est devenu Maelis, ou quelques chose comme ça).
Qu'en est-il des abribus, et autre mobilier urbain imposant à la vue des tranquilles habitants, des marchandises ineptes?
(ou plutôt, dans beaucoup de cas, des affiches d'auto-promotion de la ville...)
Il semble qu'il n'y ai rien de nouveau de ce côté là, et qu'on ait encore des dispositifs anciens d'affiches (pas de défilement pour les 1,2*1,8m) et d'ouverture, qui ressemble en gros à ceci :


Peut-être, peut-être... un tube en plastique de 16 mm, limé sur une extémité suivant un diamètre du cylindre, suffirait à actionner l'axe...qui sait.


Par ailleurs, il y a une sorte d'autoroute urbaine de quelques centaines de mètres, près de St-pierre, en face du centre commercialet Athanor, de l'autre coté du Cher. En bas de cette autoroute, se trouve la Cité administrative du conseil général d'Allier nouvellement constuite, et encore plus bas, on remarque des pallissades vertes ondulées.
à quoi servent-elles? à masquer une friche urbaine qui mérite pourtant tout notre intérêt. Au-dessus de cette palissade, les publicitaires s'en sont donné à coeur joie et ont posé de multiples 4*3. Ces panneaux sont supportés par des barres métalliques, des boulons et des écrous...

Le mieux est de voir ça sur place. Difficile de s'imaginer la scène partant de cette description. D'ailleurs, comme l'écrivaient de fallacieux étudiants il y a quelques années :
"Si t'es pas né dans le bourbonnais, tu sais pas vraiment c'que c'est".
Voir son profilJeuf
3 septembre 2008 | lien
À Torino, Italie, on retrouve donc la présence du groupe Decaux. Mêmes sucettes de 1,2*2m.
Un observateur attentif remarquera aussi les même serrures hexagonales. Sauf pour certaines sucettes, curieusement, où le trou a été agrandi et où la serrure est constituté d'un cylindre au fond duquel se trouve percés trois petits cylindres. Y aurait-il eu des actions massives anti-publicitaire à Turin qui ont incité à changer de dispositifs?

Les sucettes portent curieusement pour inscription "IPG Decaux", au lieu de JC, subterfuge qui ne trompe personne. On aura reconnu la même multinationnale tentaculaire.

Esprits et réalités sont bien uniformisées entre Italie et France, les différences sont alors très subtiles et il faut avoir l'oeil, pour les remarquer.
On retrouve là-bas , certains bus pelliculés de publicité. On voyait par exemple sur l'un de ces bus, une photographie de personnes sautant de joie autour d'un produit agro-industriel quelconque de la marque Borotalco. Pathétique. Comme si , dans la réalité un produit industriel pouvait déclencher un telle bonheur! La préparation vivante d'un produit alimentaire lors de veillée paysanne (comme le cassage de noix, le battage de grain, la presse d'huile, etc), dans une convivialité que s'acharne justement à détruire l'industrie, se fait certes dans la bonne humeur, mais ne donne pas lieu à des comportements quasi-hystériques comme le montre ces photos publiciaitres; alors pour ce qui est d'être autour d'une production industrielle morte, achevé sans que le consommateur ait pu nulle part exercer sa praxis dans se réalisation, vous pensez bien qu'on s'éloigne encore plus de cette image...
Ce genre de procédé (montrer des gens exagérémenet joyeux autour d'un produit) est courant des publicités sur toute la planète. Et reste, comme dit plus haut, pathétique.
Ce genre de décoration de bus n'a rien à voir avec les jolis dessins qui ne vendaient rien, que j'ai pu voir sur un tramway...

Je ne sais si le changement de serrure de sucette, mentionné au début de ce texte, témoigne d'un combat anti-publicitaire des turinois. Mais comme trace plus claire, j'ai lu sur une entrée d'immeuble, gravé sur une belle plaque en laiton, aux erreurs de transcritpion près :
"No publicita in buca. E'fatto divieto di suonare i citoni a questo scopo (art.660 C.P.)"
Ce que je n'ai pas compris, pour la seconde phrase, mais ça a pas l'air de rigoler, avec l'article 660.

Une petite visite de la ville montre un passé riche, avec des statues nombreuses...notament de militaires du XIXème siècle. Il y a un réseau de tramway ancien, dont la constitution date de bien avant le fait que JC Decaux se soit mis à accompagner les villes dans le Developpement Durable avec son "mobilier urbain": il n'y a pas de pub aux arrêts de tram.
Dans l'unique ligne de métro par contre, on retrouve ce même IPG Decaux. La ligne est récente et ressemble beaucoup aux autres lignes récentes (Toulouse, Lyon...), avec cette possibilité de se mettre à l'avant du métro pour bien voir le tunnel qui ne nous mène nulle part. C'est cela, que nous offre le Developpement durable : métro automatique, pub decaux, vélo decaux...dans la vie mécanique et aseptisée des villes occidentales qui se ressemblent. Seule distinction recherchée dans ce métro, l'ouverture des portes en verre du métro quand on a mis le ticket : elle effectuent un élégant mouvement de descente puis remontée , en même temps que leur écartement, qui laisse passer le cyborg solvable, mouvement de portre qu'on ne retrouve pas dans les autres métro...
La gare de Porta Susa a aussi voulu marqué son passé en laissant des affiches "Welcome Torino 2006", gardant en mémoire les jeux olympiques qui eurent lieu. Ce qui m'a laissé croire un moment être dans un pays presque sous-développé où la démarche de qualité totale ISO 9001 n'était pas mise en oeuvre, étant donné qu'on laisser trainer des informations obsolètes dans la gare. Mais non, c'était surement laissé volontairement, pour montrer que les JO ont eu lieux.


Voilà. J'espère que ce compte-rendu vous aidera à alimenter votre réflexion.
"Assez d'actes, des mots! "
ainsi que le revendiquait un graphiti sur un mur de la gare principale de Turin, en français dans le texte.
Voir son profilJeuf
4 octobre 2008 | lien
À Montpellier, le soleil brillait, les pubs empubaient, tandis que le Lez ne lèsait personne.

Divers éléments discret du décor factice de la ville peuvent être sujet d'une observation attentive.

Faisons un petit tour par les tramways, par exemple. Les deux lignes de Montpellier s'intersectent en 3 stations, voire trois et demi si on compte la station "Rive du Lez", battant ainsi les les 1 et 8 du métro parisien (qui s'intersectent en 3 points) dans le travail de réfutation magistrale de l'idée que les transports en commun en site propres seraient des lignes droites qui ne pourraient que s'intersecter en zéro ou une station.

La pub accompagne le Développement durable, disions-nous.

Ainsi, on remarque que le tramway T1 est doté de dispositifs publicitaire relativement anciens. Ce tram fut un des premiers du pays, lors de la vague de constructions de ces moyens de transport ces dernières années, on le voit par ce biais aussi.
Le T2 est doté de dispositif plus récents. Mais ce n'est pas JC Decaux et ses serrures hexagonale 6mm qui a remporté le marché. C'est ClearChannel, qui a posé des serrures hexagonales ressemblant beaucoup à celles de Decaux, mais qui font 5 mm, ou 4 peut-être.

Il est à noter aussi que sur certains dispositifs récents (tram de Lyon par exemple) la serrure est bien plus éloignée du cadre du placard, et nécessiterait une clef hexagonale avec une plus grande longueur.

Des villes comme Montpellier, Lyon, subissent ainsi les assauts de plusieurs afficheurs, non seulement JC Decaux, mais aussi deux ou trois autres existants.

Si donc Clear Chanel a pris le T2 , ça n'a pas empeché Decaux de déployer ses sucettes nouveau style, avec affiches défilantes, à Montpellier comme dans d'autres villes. Qui se ressemblent toutes entre ces villes, à l'exception de leur pied stylisé différemment, ce qui nous fait une belle jambe niveau "préservation des particularités locales".
Les pieds des sucettes à Montpellier, donc, se distinguent par la présence d'un trou en forme de cercle par lequel rien ne peut passer, si ce n'est peut-être des animaux de compagnie non tenus en laisse; cette omission sur le pied de la sucette est très loin d'être suffisante pour nous faire oublier qu'elle n'est qu'un obstacle urbain.


La pub n'a pas accompagné à Montpellier le déploiement d'un service de vélo en libre service. Précisons même les supériorités du système mis en place par l'agglomération, sur les hideux vélov, v'hello, vélibs, vél'o, etc. de Decaux : On peut louer pour une somme modique un vélo une demi-journée. Il n'y a pas besoin d'avoir une carte de crédit pour louer ces vélos. On est pas pucé. Ceux-ci sont accrochés un peut partout avec des antivol. L'arrivée de ces vélos ne s'est pas accompagné d'un déployement de bornes destinées uniquement à ces vélos libre service, mais au contraire de barres, de parking à vélo, pour accrocher les vélos, que peuvent donc utiliser n'importe quel autre cycliste. Pour le reste, n 'ayant pas été utilisateur, je n'en sais pas beaucoup plus, mais ça a l'air pas mal.

Voilà en gros ce qui peut être noté...
Voir son profilJeuf
6 octobre 2008 | lien
Bordeaux.... sa Garonne, son tramway, son maire pro-développement durable qui le prouve bien par son projet de rocade (qui se justifie en tablant sur un quadruplement du trafic automobile), etc.
Deux afficheurs principaux utilisent le temps de cerveaux des bordelais par des placards de 2m² : Clear Channel et JC Decaux.

On peut observer que les serrures Decaux sont cylindriques à ergot. D'après les datations au carbone 14, ces serrures datent de l'été 2007, soit avant celles qu'on peut trouver à Paris.

Les serrures de ClearChannel sont hexagonal sans ergot. Une clef de 4 mm rentrerait trop facilement et une de 5 mm, difficilement. A croire que l'afficheur américain n'utilise pas le système métrique. Quand je vous disait qu'on préfère les bonnes entreprises françaises....


Un observateur attentif ferait par ailleurs quelques remarque dans une autre ville d'Aquitaine.
Bayonne nous réfute les idées comme quoi les "petites" villes :
-ont une densité de pubs moins importante
-sont soté de vieux dispositif.


Sinon il y a beaucoup de pub pour produits de luxe en ce moment dans cette ville, tel panneau défilant montrait une affiche Dior qui laissait place à Channel... à croire que tous les Bayonnés sont tous riches...
Voir son profilJeuf
13 novembre 2008 | lien
Celui qui regardera les supports publicités de "France rails" , filliale de Métrobus, les petits supports qu'on trouve dans les gares sur toute la France, remarquera peut-être qu'il y a, sous les anciens dispositifs au milieu, un bouton poussoir pour ouvrir la publicité. Pour les dispositifs anciens.
Pour d'autres dispositifs à peine monis anciens, c'est une clef à forme carré qui serait compatible avec la serrure à droite.

Quand il s'agit d'un bouton poussoir, aucun outil ne serait nécessaire pour ouvrir la publicité. Un usager du train de passage dans une gare, soucieux des économies d'énergie, et souhaitant faire plus que le non-usage de al voiture dans une perspective environnementale, trouverait peut-être alors un bouton pour éteindre les néons qui servent à éclairer ces pubs ( par exemple au hasard, il trouverait un bouton de fusible en haut à droite, derrière le panneau blanc sur lequel est affichée la pub, peut-être, qui sait?)
Voir son profilJeuf
16 novembre 2009 | lien  [X]
JC Decaux est présent depuis Brest, peut-être jusqu'à Vladivostok?
On pouvait remarquer, hier soir, que les abribus et sucettes sur certains axes, ont été nettoyés.

Liste des municipalités qui ont refusé l'affichage urbain
Documentaire étudiant sur la résistance face à la publicité
Retourner les armes de l'adversaire contre lui-même
Petit guide pratique d'extermination de la publicité
Modèle propre pour la pub sur internet, projet étudiant
Eradiquer la pub encrivore sur vos billets SNCF à imprimer
Nouveau abris JCD
UTILISER LES SOURIRES D'ENFANT
Journée Sans Pub le 27 novembre
Liste des contacts antipubs dans votre région
A Dijon, la gastronomie s'affiche dans les rues ...
Audit participatif des panneaux publicitaires à Dijon
Pubs géantes : Milan invente le Dôme-sandwich
Boko Anana, le court anti-pub

Pub et Caca

19 mai: Le Publiphobe n°159 est disponible.

13 avril: "Hacked By Hackerking" à télécharger dans la catégorie Audios.

4 novembre: "pochoirs" à télécharger dans la catégorie Autocollants.

3 juin: "La Bulle économique" à télécharger dans la catégorie Vidéos.

19 janvier: 1 photo ajoutée dans Hacked By Erfan80.

9 mars: "La captation des désirs" à télécharger dans la catégorie Autocollants.

28 novembre: 1 photo ajoutée dans Hacked By Erfan80.

7 janvier: 1 photo ajoutée dans Hacked By Erfan80.

12 octobre: 1 photo ajoutée dans Hacked By Erfan80.

10 juin: Le Publiphobe n°114 est disponible.



   Contacter les admins
   Informations légales

   Le Publiphobe
   Sondages
   Citations antipubs
   Articles passés
   Chercher sur le site

   Flux RSS


Lien anti spammeurs

Site Sans Pub


Zone hors AGCS